Laits végétaux

www://organic-e-publishing-international.com

De céréales, de légumineuses, d’oléagineux, se les procurer, faits maison, précautions de consommation, laits animaux, calcium, utilisation, respect, piste 1

Comme leur nom l’indique, ce ne sont pas des laits issus d’animaux, mais des boissons préparées à partir de différents végétaux : des céréales, des légumineuses, des oléagineux.

Des laits de céréales   Avec de l’avoine, du blé, de l’orge et du riz. Le lait de céréales se prépare aussi avec du quinoa, bien qu’il ne soit pas une céréale, mais dans la mesure où il est utilisé comme telle.

Du lait de légumineuse   Le soja, dont les utilisations sont innombrables, permet la préparation de lait.

Du lait d’oléagineux   Les amandes, les arachides, les noisettes, les différentes variétés de noix, les pignons de pin, le sésame et les châtaignes sont utilisés.

Se procurer des laits végétaux   Vous les trouvez facilement dans votre magasin d’alimentation biologique. Ils sont conditionnés en bouteilles et en bricks de différentes tailles. Ils sont soit nature, soit aromatisés au chocolat, aux fruits…. Une autre alternative est de les préparer soi-même.

Laits végétaux maison  Pour commencer, les plus faciles à préparer sont les laits d’oléagineux. Il est simple de se procurer des oléagineux déjà réduits en poudre, ou de les mixer soi-même. Vous pouvez aussi utiliser de la purée d’oléagineux, que vous trouvez également dans votre magasin d’alimentation biologique.
Il vous suffit d’ajouter de l’eau et de mixer. Ces laits peuvent se boire chauds ou froids et sont à aromatiser selon votre goût.

Précautions de consommation  La consommation de soja aurait, selon certaines études, des effets sur la santé. Il semble donc préférable de vous documenter soigneusement et d’en consommer avec modération. D’autres études prétendent exactement le contraire et présentent le soja comme la panacée.
En cas de difficulté d’allaitement ou d’intolérance au lait de vache, veillez à prendre l’avis d’une conseillère en lactation ou d’un(e) professionnel(le) de la santé, de la nutrition.

Laits animaux ou laits végétaux ?  Le propre des mammifères est de produire du lait pour leurs petits. La nature a bien fait les choses. Chaque mère a de quoi nourrir son petit. Chez chaque espèce, le lait est exactement adéquat aux besoins. Ainsi, le veau, qui se lèvera quelques heures après sa naissance dispose d’un lait suffisamment riche pour l’aider à fournir un tel effort. Le bébé humain mettra des mois à se tenir debout. Le lait de vache, n’en déplaise aux fabricants de laits maternisés, n’est absolument pas adapté à son organisme et il conduit à un développement de certains organes (foie, estomac) différent de celui d’un bébé allaité.
La lecture de diverses études, parmi lesquelles les publications de la Leche League (association de soutien à l’allaitement) vous permet de vous informer de façon rigoureuse.
Par ailleurs, il semblerait que le lait ne soit absolument pas nécessaire aux adultes, que de par le monde, des populations entières n’en consomment pas et s’en portent très bien. Mais que lorsqu’elles commencent à adopter un mode d’alimentation incluant de nombreux produits laitiers, diverses pathologies, qui leur étaient jusqu’alors inconnues, apparaissent.

Lait et calcium  Le lait n’est pas la seule source de calcium. Il semblerait même que son calcium soit peu assimilé par l’organisme. Le calcium se trouve en quantité dans les légumes feuilles, les fruits secs, les légumineuses, les graines germées.
Par ailleurs, l’intense consommation de lait et autres produits laitiers, est surtout justifiée par des arguments commerciaux. Une telle production, donc des stocks à écouler, n’existe que depuis l’après-guerre.

Utilisation  Que faire de ces laits végétaux ? Des boissons, des crèmes, des pâtes à tartiner, des pâtisseries, des potages, des purées, des sauces, des sorbets, des yaourts…

Lait et respect   Les laits animaux sont produits par des femelles ayant eu un petit : des vaches, des ânesses, des juments, des bufflonnes, des brebis, des chèvres, des chamelles….. Ce petit, qui vient de naître, a besoin du lait de sa mère et du contact que procure l’allaitement. Le petit d’homme a aussi besoin du lait de sa mère et de son contact.
Personne n’a besoin de voir de pauvres animaux, des vaches en majorité, mais pas seulement, si gonflées d’hormones que leur pis éclatent, qu’elles ont la démarche déformée et qu’elles souffrent le martyr. Si vous tenez absolument à boire du lait animal, assurez-vous au moins que l’animal a été élevé dans des conditions supportables et n’oubliez pas que tout ce qu’il a absorbé : alimentation transgénique, hormones, antibiotiques et autres douceurs passent dans son lait puis dans votre organisme.

Piste 1 : Découvrez les laits végétaux, Chantal et Lionel Clergeaud, ed. Les 3 Spirales, 2001 – prix : 7,50 euros.
Chantal et Lionel Clergeaud ont rédigé de nombreux ouvrages sur la santé et l’alimentation. Ce petit volume de 90 pages est une excellente introduction pour les novices désireux de s’initier aux laits végétaux.
Il vous expose les inconvénients du lait de vache, le mythe du calcium et les avantages, en terme de santé, de la suppression totale du lait de vache et de son remplacement par des laits végétaux.
Différents laits végétaux vous sont présentés, en déclinant leurs propriétés et leurs apports nutritifs :
– des laits d’oléagineux : amande, arachide, noisette, noix, noix de coco, noix de cajou, pignon de pin, sésame ;
– des laits de céréales : blé, avoine, orge, riz ;
– du lait de légumineuse : le lait de soja.
La façon de les préparer soi-même est expliquée pour chacun d’entre eux.
Environ quarante pages sont ensuite consacrées à des recettes variées : des préparations pour le petit-déjeuner, des sauces, des soupes, des crêpes, des légumes, des céréales, des légumineuses, des tartes salées, des entremets, des flans, des gâteaux, des tartes et des boissons.
Ce livre pratique se termine sur l’importance du lait pour le petit enfant, la primauté du lait maternel, les inconvénients du lait de vache et les divers laits végétaux pouvant être donnés à un nourrisson de 1 à 9 mois.