Cuisson au four solaire

logowww://organic-e-publishing-international.com

La cuisson solaire est simple, économique, écologique et sans danger. Elle n’utilise aucune énergie fossile, ne pollue pas, évite les longues et difficiles corvées de bois et la déforestation, ne produit aucune fumée irritante, ni risques d’incendies.

Les fours solaires se déclinent en trois grandes catégories : le type « boîte », le parabolique et un mélange de ces deux modèles.

Dans le cuiseur solaire de type « boîte », le plat est à l’intérieur de cette boîte fermée. Le cuiseur est placé au soleil et la cuisson se fait petit à petit, pendant 2 ou 3 heures, sans qu’il soit possible de retoucher le plat.

Le cuiseur solaire de forme parabolique permet l’accès au plat, pour mélanger les ingrédients, ajouter des épices ou autre. Il nécessite aussi d’être régulièrement réorienté vers la source de chaleur.

Le cuiseur mixte, conçu avec un film plastique ou une plaque de verre, est le plus simple à fabriquer. Il nécessite aussi d’être réorienté de temps à autre.

Les températures atteintes sont suffisantes pour permettre la cuisson des aliments. Il suffit de placer un thermomètre à l’intérieur pour constater les 100° C / 212° F grâce auxquels les aliments cuisent en préservant leurs qualités nutritives et leur goût.

De par le monde, de nombreux fabricants vendent des fours solaires et il est également assez simple de recourir à l’auto-construction.

Ces appareils ne sont pas uniquement réservés aux pays chauds ou aux grands espaces. Un four solaire ne prend pas plus de place qu’une antenne parabolique sur le balcon d’un appartement citadin. En cas de passage nuageux, la cuisson continue pendant une vingtaine de minutes environ.

Lorsque le temps ne permet pas la cuisson, le four de type « boîte » peut être utilisé comme une marmite norvégienne  pour terminer la cuisson du plat et le garder au chaud.

Le four solaire a également d’autres applications : stérilisation de l’eau, séchage des fruits.

Tous les foyers n’en sont pas encore équipés, loin s’en faut, mais le réchauffement climatique, l’impact de la pollution, la pénurie annoncée des énergies fossiles et une prise de conscience de chacun de nous contribuera au développement de cette saine et écologique méthode de cuisson.

Manger biologique et cuire solaire semble donc être le nec le plus ultra !

Une mine d’informations